4 mousquetaires à Vichy

, par  admin , popularité : 91%

Où s’arrêtera-t-on ? J’étais seul en 2012, nous étions 2 en 2013 et c’est à 4 que nous sommes partis pour le stage spécial de Vichy cette année ... une progression exponentielle ! Voici les personnages de cette belle aventure :
- Marcello, qui fait croire qu’il est un "petit nouveau" alors que dans une autre vie il est passé par France Shotokan Paris et en gardé de bons restes
- Saïd alias "la force tranquille" a découvert le monde merveilleux de Vichy ... tout en marchant dans les pas de son grand frère, Rabah.
- Laurent notre expert en logistique / chauffage qui, pour sa deuxième participation, avait pensé à tout
- votre serviteur et chroniqueur qui vient toutes les années (parfois avec peine) depuis 2009.

Grâce à la beauté de la technique et à la célérité des SMS nous étions en contact permanent avec Jean-Marc, notre professeur bien aimé qui nous prodiguait à distance ses conseils avisés.

Après quelques heures passées sur les belles routes de France nous arrivons à vichy le mercredi et nous avons immédiatement opéré une reconnaissance méthodique du terrain : gymnase, route, terrain de rugby, repérage des zones de gravillon (important pour le footing pieds nus). Le premier réveil (à 4h40) a été le départ de bien des efforts pendant 3 jours et demi mais notre petit groupe a été pleinement solidaire y compris dans l’épreuve tant redoutée du "Kiba Dachi". Au "métro-boulot-dodo" s’était substitué le "course à pied - karate - fatigué" dans un lieu comme isolé du reste du monde. Le samedi après midi a été l’apothéose : une heure durant les assauts conventionnels en Sambon Kumite se sont succèdés et nos 3 ceinture blanches ont tenu bon ... après quoi ils se sont retirés pour mieux me regarder subir la dernière demie- heure. C’est fatigués mais heureux que nous avons quitté Vichy le dimanche en début d’après midi pour revenir dans les bouchons de l’Ile de France : l’épreuve a été difficile mais profitable et les liens entre nous quatre, les mousquetaires de Vaires, sont plus forts que jamais.